Filière manioc

En 2004 les institutions membres de la PADED ont donné mandat au Groupe d’Appui au Développement Durable (GADRU) pour qu’il travaille la filière manioc comme un mécanisme de la lutte pour la souveraineté alimentaire. En 2007, le GADRU lance un programme de filière manioc qui se concentre de façon prioritaire dans les régions déjà spécialisées dans cette production, le Nord, le Nord-est et le Centre. En 2008, l’équipe filière manioc est installée à Mombin-Crochu

Les objectifs du programme

Aider les productrices et producteurs à mécaniser les opérations les plus pénibles de la transformation du manioc, celles qui rendent cette opération peu efficiente, peu rentable et peu attractive, particulièrement pour les jeunes générations.

Voir les paysannes et les paysans dépasser leur rôle traditionnel de pourvoyeurs de matières premières, et de les voir reconquérir les profits liés à la transformation de leurs produits par eux-mêmes et aussi près que possible des lieux de production.

La vision du programme

  • Les paysans produisent le manioc de façon durable. Le manioc fait partie d’un système agricole qui veille à maintenir les sols fertiles. Sa cuisson ne nuit pas au couvert forestier.
  • L’image de la cassave soit modernisée. Sa qualité, ses modes de production, sa présentation, ses dimensions, son emballage doivent être revus.
    Le marché des cassaves « pain des tropiques » fasse l’objet d’une professionnalisation, qu il vise à rationaliser la production, à la rentabiliser et à la pérenniser.
  • Des artisans Haïtiens produisent et réparent des machines simples et fiables au cœur même des zones de production.
  • Ces machines soient achetées, utilisées et entretenues par des producteurs- transformateurs de manioc, et que cela se fasse dès que possible sans aide extérieure.
  • Le système s’appuie autant que possible sur les personnes, structures et pratiques déjà existantes dans les régions de production.
  • Tout au long de la chaîne, les producteurs transformateurs, les négociants et les consommateurs par leurs choix conscients respectent de bonnes pratiques qui rendent le travail rentable pour tous, présents et à venir. Et qu’il génère du revenu à tous les niveaux.

Les stratégies de participation locale

Les apports locaux sont les seuls vrais indicateurs de participation des gens à la réussite de leur projet :

  • Apport en terrain, en matériaux locaux, roches, gravier.
  • concassage des roches au marteau.
  • lavage et transport du sable depuis la rivière.
  • Creusement des fondations et apport de la main-d’œuvre non qualifiée.
  • Apport de l’eau sur le chantier.
  • Apport des poteaux et des bois ronds qui serviront pour la charpente.
  • Apport en savoir faire et en matériaux locaux pour la couverture de l’atelier de transformation du manioc.
  • Le manioc reste la propriété du producteur avant, pendant et après sa transformation en cassaves.

GADRU - #10, impasse basilic, Delmas 65 | Téls: (509) 3690-7367 / (509) 3407-1547 | Email: contact@gadruhaiti.org - © Tous droits reservés Novembre 2011
Site concu et réalisé par AtelierWeb du Groupe Medialternatif